Planchon ( Square )

En juillet 1857, la municipalité, sous le mandat de Jules Pagézy, acquiert les terrains situés devant la gare des voyageurs ouverte en 1845 pour y créer un square. Dessiné par les frères Bülher, le square de forme triangulaire est ouvert en 1858 ; des arbres exotiques sont plantés, notamment un ginkgo biloba et un cèdre du Liban.

  • PLa 2
  • Planchon 3
  • Planchon 5
  • Planchon4
  • PLa 2
  • Planchon 3
  • Planchon 5
  • Planchon4

Au milieu du parc, un plan d’eau rond accueille un petit rocher d’une cinquantaine de centimètres ayant en son centre une fontaine. Au fil des ans le dépôt calcaire aidant, le petit rocher est devenu un îlot moussu. Il y a aussi une aire de jeux et de nombreux bancs.

C’est le square de l’embarcadère ou jardin de la gare du PLM.
La clôture d’origine  a été réalisée par le serrurier Léon Servel. Dans les années 1975-1976, elle est démontée et remplacée. Deux parties ont été réutilisées, pour clôturer le parc Rimbaud au bord du Lez d'une part et  pour orner l’entrée du zoo du Lunaret d'autre part.
Depuis 1910, cet espace vert porte le nom de Jules Emile Planchon, chercheur botaniste qui a contribué à endiguer une épidémie qui détruisait le vignoble. L'agent responsable de la maladie est  un puceron, le phylloxera. Ce puceron eut d’abord un nom savant mettant en évidence son action sur les racines puis on le baptisa phylloxera plyllo de plyllum feuille et xera de xero sec, on a ajouté vastatrix = destructeur.
Cette épidémie qui a détruit en très peu de temps (seulement quelques années à partir de 1863) une très grande partie du vignoble français a été à l’origine du renouveau de la viticulture devenue plus technique et plus scientifique. En effet, devant le désastre économique provoqué par la disparition du vignoble, les acteurs économiques ont déployé de gros moyens pour y remédier rapidement. Les recherches se sont focalisées autour de deux pôles scientifiques, l'un tenant d'une méthode chimique (les sulfureurs) et l'autre d'une méthode plus biologique (les américanistes). Et la reconstitution du vignoble s'est faite en intégrant les nouvelles technologies.

En 1894, les vignerons reconnaissants commandent un monument à Auguste Baussan pour remercier Jules Emile Planchon. L’artiste propose un buste en bronze placé au sommet d’une colonne. En bas un jeune viticulteur tend vers le haut une belle grappe de raisin en signe de reconnaissance pour l’abondance viticole retrouvée. Le bronze et la colonne sont installés face à l’entrée nord du square, à l’angle des rues Pagézy et Maguelone. L’ensemble est inauguré par le ministre de l’agriculture Albert Viger, le 9 décembre 1894. En 1914, la commission en charge de récupérer des métaux non ferreux fait fondre la sculpture avec d’autres dans la ville. Le socle resta vide jusqu’en 1951 où l’artiste Pierre Guery fera un autre buste en pierre cette fois.
En célébrant la figure du scientifique sauveur de la viticulture, Montpellier rappelle aussi qu'elle fut au centre des recherches qui ont permis ce renouveau.

En 1993 une stèle fut installée dans le square près de la porte face à la gare,  pour commémorer Valéry Larbaud, qui venait parfois chercher l'inspiration dans ce square lors de ses séjours à Montpellier. On peut y lire une phrase extraite des « Enfantines »,  recueil de nouvelles  paru en 1918.

Bibliographie :
wikipddia,org
Histoire de Montpellier.  Amaly et Pech. Privat. 2015

 

 


Publié dans Les lieux remarquables

Incription à la newsletter de SudBabote Restez informé !

fgsegezrg